Home  ->   Actualités  ->   News

525 ans de la société de tir de la Ville de Fribourg

Ils ont tiré sur Charles le Téméraire

Le contingent des grenadiers fribourgeois<br>tirent une salve d'honneur.
Le contingent des grenadiers fribourgeois
tirent une salve d'honneur.

30.01.2018 - L’anniversaire d’une société de tir, forcément, ça fait plus de bruit que celui d’un club de fléchettes. C’est donc de manière tonitruante, à grand renfort de coups de canon et de salves de fusil, que la Confrérie des tireurs de Saint-Sébastien, alias la Société de tir de la ville de Fribourg, a célébré samedi après-midi son… 525e anniversaire sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Monsieur le Commandant de Corps Philippe Rebord, Chef de l’Armée, M. Luca Filippini, Président de la Fédération suisse de tir, Monsieur Dominique de Buman, Président du Conseil National et Monsieur Maurice Ropraz, Conseiller d’Etat et Directeur du département de la sécurité et de la justice en étaient les hôtes d’honneur.

Mais avec quoi tiraient-ils donc il y a cinq siècles? Avec des arcs et des arbalètes, pardi. Comme l’a rappelé l’historien Alain-Jacques Tornare lors de l’acte officiel de la journée, organisé dans la salle du Grand Conseil, les origines de la vénérable société remontent à la bataille de Morat, en 1476. L’armée mise sur pied par les bourgeois de la ville avait alors participé à la victoire des armées confédérées contre les Bourguignons de Charles le Téméraire. En guise de récompense, les autorités de la Ville-Etat de Fribourg – qui dépendait du Saint-Empire romain germanique, incapable de lui assurer une protection militaire – ont décidé d’accorder à ces valeureux soldats un statut particulier.


M. le Commandant de Corps, Chef de l'Armée
Philippe Rebord, lors de son allocution dans la
salle historique du Grand-Conseil fribourgeois
et qui a adressé les vœux de la FST à la société
de tir de la Ville de Fribourg


Un autel à la cathédrale

En 1493, dix-sept ans après avoir tiré sur Charles le Téméraire, les archers et arbalétriers fribourgeois deviennent donc une confrérie, touchant des subventions et autorisée à percevoir des taxes auprès des autres sociétés de tir de la région. Ils se voient aussi offrir un autel à la cathédrale Saint-Nicolas: celui de Saint-Sébastien, patron des tireurs. C’est cette date de 1493 qui marque l’acte de naissance officiel de la Société de tir de la ville de Fribourg.

Ses archives ayant été scrupuleusement conservées depuis la fin du XVIIe siècle, les historiens y ont trouvé de quoi alimenter la chronique de Fribourg. Ce d’autant plus que l’évolution de la Société de tir de la ville épouse, voire précède souvent celle de la société tout court, comme s’en est rendu compte Alain-Jacques Tornare. Dès 1760, la confrérie s’ouvre ainsi aux non-bourgeois. Organisant de grandes libations annuelles, elle se retrouve dans le collimateur des autorités conservatrices, qui l’accusent de corrompre les mœurs à une époque où la danse est interdite. Après l’intermède de la République helvétique de Napoléon, le retour de l’Ancien Régime en 1814 n’empêche pas les tireurs de continuer à soigner leurs relations avec leurs homologues des autres Etats confédérés. Ils adhèrent ensuite aux idées progressistes du régime radical né des cendres de la guerre civile du Sonderbund. Les dirigeants de la confrérie se déclarent même prêts à engager leurs armes pour le défendre face à la vague conservatrice qui aboutira finalement à la chute des radicaux en 1856.


MM. Liaudat et Aebischer, Présidents d'honneur, Jean-Jacques Martin, nouvel aumônier et
Thierry Vauthey, Abbé-Président


Aujourd’hui

Cette saga tumultueuse paraît désormais bien lointaine. Forte d’environ 200 membres, un effectif stable selon son abbé-président Thierry Vauthey, la Société de tir de la ville de Fribourg ne dispose actuellement même plus d’un stand dans l’enceinte de la cité (si l’on excepte une installation pour le tir à 10 m dans le quartier du Jura). Les dernières cartouches intra-muros ont été tirées en 1962 dans l’ancien stand des Neigles, où les conditions de sécurité laissaient semble-t-il fortement à désirer… Pour participer aux championnats et aux compétitions, les membres de la société se rabattent donc sur d’autres stands de la région. Selon Thierry Vauthey, on constate depuis quelques années un nouvel engouement pour le tir et la collection d’armes, en particulier dans la génération des 30-35 ans. Les statuts de la Société de tir de la ville de Fribourg ont été adaptés à l’évolution de la loi fédérale sur les armes. Les nouveaux membres doivent présenter un extrait de casier judiciaire et suivre une formation. Un nombre croissant de tireurs sportifs et de loisir n’ont en effet pas accompli leurs obligations militaires.

Lors de cette cérémonie, Dominique de Buman et Sébastien Vésy – secrétaire pendant 14 ans - ont été désignés membres d’honneur de la société.

(L'article est paru au journal «La Liberteé» le 29 janvier 2018. Auteur: Marc-Roland Zoellig)

 

partenaire FST

 

 

Member
Swiss Olympic ISSF
Fédération sportive suisse de tir
Lidostrasse 6
6006 Lucerne
tél.: 041 / 418 00 10
fax : 041 / 370 57 17
info@swissshooting.ch