Federazione sportiva svizzera di tiro

La mise en garde du président Roubaty

Patrice Rossier, chef de tir 50 m, remet le diplôme de la meilleure société cantonale du concours de sociétés au représentant d'Alterswil.

Patrice Rossier, chef de tir 50 m, remet le diplôme de la meilleure société cantonale du concours de sociétés au représentant d'Alterswil.

La 72e assemblée annuelle des délégués des sociétés fribourgeoises formant la SFTS (Société fribourgeoise des tireurs sportifs) et regroupant 721 licenciés s'est tenue en Gruyère, précisément à La Tour-de-Trême, sous la houlette du président Daniel Roubaty. Il a surtout été question du manque de relève et du problème des structures des sociétés.

«Un sport a besoin de champions. On en a. Un sport a besoin de structures performantes autant au niveau des sociétés que de notre comité cantonal. Or, moult de nos sociétés sont trop petites, perdent de leur dynamisme, vivotent et sont pour d'aucunes sur le point de disparaître. Et, concernant le comité cantonal sachant que les postes importants de chef de tir du 10 et du 50 mètres devront être repourvus d'ici deux ans, on ne trouve personne. Veut-on la fin du tir sportif dans notre canton?» Cette  question pertinente de Daniel Roubaty, le président de la SFTS (Société fribourgeoise des tireurs sportifs) interpelle. "Il faut donc réfléchir un peu plus loin dans le temps" ajoute-t-il et de préciser sa pensée : "Nos sociétés doivent se mettre ensemble, à la limite fusionner, recruter des jeunes et surtout les encadrer et les coacher."

On comprend d'autant mieux sa mise en garde que la baisse des effectifs se confirme autant à l'air comprimé qu'au petit calibre (globalement 4%). Plus inquiétant, c'est chez les juniors que cette diminution est la plus importante: 31% par rapport à 2017 et près de 10% par rapport à 2018. "Ce sont eux l'avenir du tir sportif dans notre canton et pas les vétérans sans vouloir blesser ceux-ci" conclue Daniel Roubaty et de demander une fois de plus aux sociétés d'accentuer leurs efforts envers les jeunes. « Notre entraîneur cantonal Marcel Zürcher fait un travail considérable pour élever le niveau de nos jeunes et leur donner le plaisir de pratiquer le tir sportif. Mais, à lui seul, il ne peut tout faire et se substituer aux sociétés.»

Quatre mandats reconduits au comité

Au sujet de la saison écoulée, de nombreux points positifs ont malgré tout été évoqués lors de cette 72e assises des tireurs sportifs fribourgeois. Mentionnons que les finances sont saines (bénéfice de 5'969,35 francs pour une fortune de 92'005,20 francs), que le camp de formation pour la relève tenu à Avry et Rosé a été un succès, que les compétitions à l'échelon cantonal ont été fréquentées avec satisfaction et que les cours J+S et de moniteurs ont été stables. Par contre, au degré national, malgré les propositions faites notamment par la SFTS, on note toujours une impuissance à évoluer pour toutes sortes de fausses bonnes raisons dans le sens par exemple de mieux établir les calendriers et pour donner une meilleure visibilité au tir.

Les élections étant individuelles, trois reconductions de mandat de trois ans (Jacques Moullet, Frédéric Descloux, Stéphane Broillet) et d'une année (Anton Cotting) ont été validées. Ces derniers continueront ainsi d'épauler Daniel Roubaty et Patrice Rossier au sein du comité de la SFTS.

L'assemblée a enfin félicité Gilles Dufaux (champion suisse élite carabine 50 m trois positions), Ludovic Rohrbasser (champion suisse M21 carabine 50 m position couchée) et Pierre-Alain Dufaux (champion suisse séniors-vétérans carabine 10 m avec appuis) et récompensé le Bullois Pierre-André Grangier en lui remettant la distinction or de tireur sportif de la FST. Ses vœux accompagnent d'autre part les jeunes Muriel Gross, Simon Maag, Sven Riedo et Kim Sturny qui appartiennent aux centre romand de performances et de la Swiss Shooting Academy.  (Jean Ansermet)

swiss_olympic_member.png Swisslos_Logo.png Logo_LoRo.jpg STG_ohne_Claim_RGB.jpg