Schweizer Schiesssportverband

Deux grands évènements mobilisateurs en 2019

Deux échéances importantes sont prioritairement mises en avant par la Société cantonale des tireurs fribourgeois (SCTF) en 2019. C'est ce qu'a dit le président Fritz Herren lors de la 188e assemblée annuelle de sa fédération qui s'est tenue à Sâles.

La réunion a été suivie par plus de 350 personnes qui ont écouté studieusement les différents orateurs émanant du monde sportif, politique et militaire. Les deux sujets principaux furent bien entendu le prochain Tir cantonal fribourgeois (28 juin-14 juillet 2019) et la votation du 19 mai 2019 relative à la révision de la loi sur les armes. «L'espoir d'une solution acceptable pour les propriétaires d'armes acquises de façon légale n'a pas été confirmée. C'est pourquoi, un référendum a été lancé. Il a vite abouti avec un succès autrement plus ample qu'attendu. Dès lors, un travail de conviction nous attend afin de préserver nos intérêts dans la pratique du tir. Il est important de demeurer objectif et, vous et nous, de convaincre les électeurs de nos arguments» déclara le président de la SCTF Fritz Herren.

 

Cet été en Singine, le 30e Tir cantonal fribourgeois

Il fut relayé par Ruedi Vonlanthen, le président d'organisation du 30e Tir cantonal fribourgeois qui se déroulera sur dix jours, du 28 juin au 14 juillet 2019, en Singine. «Tout est sous contrôle. A la fin de février, 5'777 inscriptions étaient rentrées. Et comme toutes les sociétés fribourgeoises ne l'ont pas encore fait, j'espère dépasser les 6'000. Sachez d'autre part que, si la votation passe, ce sera peut-être le dernier tir de ce genre et ensuite la mort de nos tirs en campagne. Vous savez alors quoi faire».

Membre du comité central de la Fédération suisse de tir, Ruedi Meier a e son côté repris les principaux éléments de la conférence de presse du Conseil fédéral pour clarifier les erreurs dites. «Cette déclaration est trompeuse. Elle déclare que la directive de l'Union européenne n'est pas un pacte de lutte contre le terrorisme, mais qu'elle vise à protéger la population contre l'utilisation abusive des armes à des fins criminelles. En vérité, elle a été édictée dans le but précis de désarmer les possesseurs d'armes légales».

Quant au brigadier Hugo Roux, le représentant du militaire, il était un peu pris entre deux feux. Sur ce sujet, sans vouloir être convaincant, il s'est borné à donner la position de l'armée: celle-ci estime que cette révision contribue à améliorer la traçabilité des armes à feu. C'est pourquoi, il a préféré expliquer la raison d'être de notre armée aujourd'hui, qu'il faut la doter d'un matériel crédible et de louer la qualité de la formation ayant pour but de motiver les jeunes, garçons et filles, pour les garder dans l'armée. Quant à Roland Mesot, président du Grand-Conseil, il a conclu son message en demandant aussi de voter non. «Accepter cette directive. c'est remettre en question tout l'ensemble de notre philosophie politique, de nos droits et ce qu'on est en tant que citoyen suisse». En fait, cette révision manque sa cible et est même liberticide, dixit le Conseiller national Jean-François Rime.

 

Une relève prometteuse qu'il faut choyer

Retraçant l'excellence des résultats obtenus par les tireurs fribourgeois sur les différentes scènes, notamment des jeunes qui annoncent un avenir toujours brillant, Fritz Herren s'est fait l'écho de son chef des jeunes tireurs Jean-Marc Bielmann. «En 2018, notre canton comptait 807 juniors. Ils font notre admiration, le symbole d'une réussite due à l'abnégation et au suivi des chef(fe)s des jeunes tireurs, des sociétés, des moniteurs. Sans ces artisans, il est évident que ces victoires et ce bonheur n'existeraient pas».

Dans cette perspective, des efforts seront encore entrepris dans le domaine de la formation même si l'exercice a bouclé sur une perte due principalement à la baisse de la valeur des placements n'affectant pas la fortune, comme l'a relevé le trésorier Fabien Thürler. (Jean Ansermet)

 

RECOMPENSES ET DISTINCTIONS

 

Médailles de mérite FST (15 ans au moins de fonction dans un comité de société ou Fédération de district). Jean-Jacques Marty (Villeneuve), Béat Heubi (Galmiz), Martin Lehmann (Galmiz), Niklaus Goetschi (Galmiz), Jean-Marie Savary (Vuisternens/Rt), Adrian Lehmann (Galmiz), Stéphane Andrey (Corserey / Fédération de la Sarine), André Kolly (Chevrilles/Tinterin), Christian Schneider (Corminboeuf / Fédération de la Sarine), Christophe Barras (Belfaux).

 Récompense pour 12 ans ou plus pour services rendus à l'instruction des jeunes tireurs: Thomas Maurer (Heitenried), Patric Immer (Plasselb), Cédric Koch (Cormondes), Urs Guérig (Cormondes)

 6e maîtrise romande en campagne (50 mentions tir obligatoire et tir en campagne) : Jean-Pierre Castella (Haut-Intyamon), Gilbert Gachet (Gruyères), Jean Gugler (Morat), Gérald Jaquet (Bas-Intyamon), Raymond Jaquet (Rue), André Pharisa (Bas-Intyamon), Alexis Pilloud (Châtel-St-Denis), Léo Raemy (Autigny/Chénens), Emile Rime (Echarlens), Adolphe Sapin (Charmey), Béat Schaller (Tavel) au fusil 300 m; Francis Favre (Montagny/Cousset) et Guolf Pedrun (Estavayer/Lully) au pistolet.

swissolympic-member.png