Federazione sportiva svizzera di tiro

Assemblée annuelle de la Société fribourgeoise des tireurs sportifs (SFTS)

Daniel Roubaty, président de la SFTS

Daniel Roubaty, président de la SFTS

La Société fribourgeoise des tireurs sportifs (SFTS) a tenu sa 71e assemblée annuelle à Lossy (commune sarinoise de La Sonnaz). Si les chiffres sont à la baisse, le président Daniel Roubaty n'en fait pas encore un plat, mais il demande à ses ouailles de tourner leurs réflexions vers l'avenir.

A l'exception des délégués d'Attalens, de Vuadens, de Saint-Antoine et des Routiers de Fribourg, ils étaient tous là pour entendre le message de leur président Daniel Roubaty qui, sans vouloir être alarmiste, a pointé le doigt là où des réflexions doivent se faire. "Dans tous les domaines, les chiffres sont à la baisse, sauf chez ceux tirant avec appuis à l'air comprimé. Si cela mérite d'être salué, il faut aussi dire que ce ne sont pas ces tireurs au-delà de la moyenne d'âge qui assurent l'avenir du tir". Et, pour décrire cette situation, Daniel Roubaty a livré des chiffres plutôt parlant : il y avait 44 sociétés en 2009 et plus que 35 aujourd'hui; chez les juniors, l'effectif a diminué de 23% au petit calibre et de 6% à l'air comprimé. Les commentant, il précise : "L'individu de notre époque est devenu plus égoïste. Pour certains, il faut essayer plus de choses et se mesurer sans cesse à de nouveaux défis. Pour d'autres, il faut compenser la charge professionnelle par plus de présence au sein de la famille. Chez les jeunes, la persévérance n'est plus la qualité première. Comme d'autres sports, le tir n'échappera pas à une remise en question".

 

La problématique des structures et des compétitions

Comment réagir ? Daniel Roubaty répond: "Il y a d'abord le problème des structures. La plus importante est la cellule de base : celle de la société de tir. C'est un club avec des équipes au même titre qu'un club de football, de hockey. Nos clubs sont trop petits, d'où la difficulté de renouveler les comités et les instances dirigeantes administratives et techniques. Des fusions à l'échelle des sociétés, puis aux échelons supérieurs, tant cantonal que fédéral, suivront alors d'elles-mêmes.

Le second problème est celui des compétitions. Sont-elles adaptées au goût du jour quant à leur formes et leur nombre ? Certains sports ont réussi leur mutation, pourquoi pas le tir ? Se pencher sur son avenir est signe de vitalité, de bonne santé et c'est quand tout marche encore assez bien qu'il faut entreprendre tout ceci. Le changement n'est jamais signe de défaite".

 

D'ailleurs, les sociétés de Heitenried et de Fribourg ont soulevé des propositions allant dans ce sens, propositions que le comité de la SFTS relaiera auprès de la FST qui était présente par son membre Ruedi Meier. Ce dernier a parlé de la nouvelle règlementation sur les armes que voudrait imposer l'UE à la Suisse et du succès du référendum qui la combat. En effet, la directive de l’UE sur les armes a comme objectif d’apporter plus de sécurité et de contenir le terrorisme. Ce sont des objectifs nobles que la FST soutient pleinement. Cependant, la directive actuelle et la nouvelle loi suisse sur les armes en résultant n’apportent ni plus de sécurité ni ne restreignent le terrorisme. La loi sur les armes est une erreur de conception contre laquelle la FST et les tireurs doivent se battre et convaincre le peuple helvétique.

 

Patrice Rossier réélu au comité pour un mandat de 3 ans

Après avoir loué la débauche d'énergie de ses collègues du comité et remercié Patrice Rossier d'avoir accepté un nouveau et dernier mandat de trois ans au comité, Daniel Roubaty s'est plu à relever la santé financière de son association (bénéfice de Fr. 3'522,40 et une fortune de Fr. 86'035,85) et les succès de manifestations dont le camp de formation fréquenté par 15 jeunes l'été passé aux stands de Rosé - Avry-sur-Matran. La formation est du reste l'un des principaux chevaux de bataille de la SFTS. Dans cette perspective, l'instructeur cantonal de tir Marcel Zürcher s'est exprimé : "J'ai observé lors des finales cantonales que le niveau technique de jeunes tireurs de certaines sociétés est insuffisant (position de base, réglage, etc.). L'idéal serait que ces sociétés aient des moniteurs J+S reconnus, qu'elles n'aient pas de réticence à m'appeler pour venir dispenser un cours et surtout qu'elles incitent leurs jeunes au tir en trois positions. Ne dit-on pas que progression = motivation".

 

Reconnaissance et distinction à des tireurs méritants

Enfin, une assemblée est également l'occasion de féliciter des tireurs émérites :

  • les Fribourgeois champions suisses en 2018 : Ludovic Rohrbasser (Cottens/Lusssy) champion suisse M21 carabine 10 m trois positions; André Devaud (Fribourg)  champion suisse seniors-vétérans carabine 10 m à genou; Pierre-Alain Dufaux (Granges-Paccot) champion suisse tir avec appuis carabine 10 m; les M21 de Cottens champion suisse de groupes à la carabine 50 m;
  • les lauréats de la distinction SFTS (points de maîtrise) : André Gothuey (Bulle)  et, François Passaplan (La Roche)
  • le lauréat de la distinction du tireur sportif FST : Paul Tornare (Bulle).

D'autre part, l'assistance a écouté durant la soirée avec intérêt les paroles de Christian Clément qui a présenté sa commune périurbaine de La Sonnaz, une entité issue de la fusion des communes de Lossy, Formangueires, La Corbaz et Cormagens. Quant à Michel Grand, représentant de la société de tir hôte des Taverniers de La Corbaz, laquelle fêtera ses 75 ans et changera ses cibles pour l'occasion et l'organisation du prochain concours de sociétés, c'est avec émotion qu'il s'est adressé à l'assemblée en remplacement de Dédé Doutaz, son président décédé quarante-huit heures plus tôt. En signe de respect, une minute de silence a été observée. (Jean Ansermet)